Santé de la prostate : quels aliments privilégier ?

Avec l'âge, la plupart des hommes voient la santé de leur prostate se dégrader (d'où une miction difficile, des fuites urinaires, des levers nocturnes...).


Passé 50 ans (mais le phénomène peut déjà se produire vers 40 ans), la prostate a souvent tendance à grossir. Ce faisant, elle va exercer une pression sur la vessie, qui peut provoquer l'envie d'uriner à de multiples reprises au cours de la journée... et au cours de la nuit. Les transformations de la prostate, de plus, peuvent entraîner une compression de l'urètre, le canal qui permet d'évacuer urine et sperme. Il peut en résulter un jet urinaire plus faible, une miction goutte à goutte ou encore des fuites urinaires.


La prostate, par ailleurs, peut être touchée par d'autres troubles divers.

Messieurs, que vous soyez déjà concerné par ces problèmes ou non, vous pouvez toutefois agir dès maintenant en adaptant votre alimentation.


L’augmentation de la masse glandulaire est inéluctable.


La prostate, dont la taille est normalement celle d’une noix, peut grossir jusqu’à atteindre celle d’une orange, voir plus encore. Ce phénomène est lié aux changements hormonaux associés au vieillissement. Les conséquences peuvent être dramatiques sur les fonctions urinaires et la vie sexuelle.


Plus il y a de dysfonctionnements, plus la prostate grossit.


Si vous avez de l’hypertension, du diabète, du cholestérol, votre prostate grossira encore plus car, s’ajoutant au vieillissement naturel, tous ces dérèglements agissent sur elle. Les problèmes urinaires en seront plus graves, les soucis sexuels plus importants.


Attention, votre tour de taille est révélateur !


Si vous avez un petit peu de gras sur le ventre, cela provoque une insulino-résistance. L’insuline augmente dans le sang, c’est un facteur de croissance de la prostate, donc votre prostate grossit. Il y a donc une relation entre le tour de taille et la taille de la prostate. Alors, si vous avez de l’embonpoint, il faut être encore plus vigilant !


Le jus de grenade BIO, retarde-t-il l'évolution du cancer de la prostate ?



La consommation de pur jus de grenade allongerait considérablement la durée de la période de stabilisation du taux de PSA chez les hommes traités pour un cancer de la prostate, selon une étude américaine publiée dans la revue "Clinical Cancer Research".


Le pur jus de grenade est connu pour ses effets anti-inflammatoires et sa richesse en antioxydants , qui ont un effet protecteur contre les radicaux libres . Cette boisson contient également des polyphénols et des isoflavones , que l'on trouve aussi respectivement dans le thé vert et le soja , et enfin de l' acide ellagique , qui jouerait un rôle dans la mort des cellules cancéreuses .



De nombreux ingrédients du jus de grenade sont donc susceptibles d'avoir un effet sur la stabilisation du taux de PSA , souligne Allan Pantuck, urologue au centre anticancéreux Johnson, qui penche plutôt en faveur d'un effet global du jus de grenade que de l'effet d'un seul ingrédient.





On vous explique tout


Avec ses collègues, Dr Allan Pantuck a mené une étude auprès de 50 patients ayant subi une intervention chirurgicale ou une radiothérapie en traitement de leur cancer de la prostate, mais qui ont rapidement vu leur taux de PSA augmenter.

Les chercheurs ont mesuré le "temps de doublement", qui a une valeur pronostique sur la réponse aux traitements complémentaires (radiothérapie ou hormonothérapie). Un temps de doublement supérieur à un an est associé à une bonne réponse. Dans leur étude, la consommation de jus de grenade a multiplié jusqu'à 4 le temps de doublement , qui variait de 15 à 54 mois. " Il ne s'agit pas d'un traitement, mais nous pouvons être capables de modifier la façon dont le cancer de la prostate évolue ", commente le Dr Pantuck. Le traitement conventionnel d'une récidive de cancer de la prostate repose sur la thérapie hormonale, qui consiste en une castration chimique privant l'organisme de testostérone . Les effets secondaires sont relativement fréquents, allant des bouffées de chaleur à l'ostéoporose , en passant par la fatigue , la dépression , la fonte musculaire , la baisse de libido et le dysfonctionnement érectile . En retardant simplement la mise sous hormonothérapie, la consommation de jus de grenade améliore déjà grandement la qualité de vie des malades , estime le Dr Pantuck.


Les aliments à consommer pour contribuer à la santé de votre prostate

Miser sur:


· les poissons gras (saumon, anchois, hareng, truite...) La consommation de ces poissons riches en oméga-3 aide à diminuer le risque de développer certains troubles de la prostate ;

· les fruits et légumes (en particulier les grenades, brocolis, tomates, noix non salées et non grillées, artichauts, poivrons...)

· les légumineuses (haricots, lentilles...) ;

· l'ail, l'oignon, les graines de citrouille, l'huile de lin, le curcumin ;

· les aliments riches en lycopène (tomates, surtout les tomates cuites ...)

· les eaux peu minéralisées ;

· le vin rouge, avec modération bien entendu (un à deux verres par jour). Ce type de vin contient des flavonoïdes qui contribuent à freiner la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone. Les catéchines du vin rouge aident également à empêcher la transformation de la testostérone en œstrogène, une hormone féminine néfaste pour la prostate.


Les 4 substances naturelles particulièrement bénéfiques pour la prostate


Certains substances naturelles s'avèrent très intéressantes pour contribuer à prévenir ou à atténuer les troubles de la prostate, ou encore leurs conséquences :


  • L’extrait actif de la grenade « GranaLAOX» riche : en polyphénols, acide ellagique, anthocyanes, isoflavones, phytostérols, et en Oméga 5 : Effet global du jus de grenade BIO Granaline enrichi en extrait actif GranaLAOX.

Le jus de grenade BIO Granaline enrichi, aide à :

- lutter contre les troubles de la prostate;

- contribue au fonctionnement normal de la prostate;

- contribue au maintien de la fonction urinaire normale chez l'homme.



  • Le palmier scie ou palmier nain (Serenoa repens). Il est utilisé comme adjuvant dans le traitement symptomatique des troubles de la miction, en cas de grossissement de la prostate. Il contribue en effet à assurer le maintien d'une fonction urinaire normale chez les hommes de plus de 45 ans. Il participe notamment à soutenir le débit urinaire. Il contient notamment des acides gras libres, des flavonoïdes, des phytostérols, des polysaccharides, des alcanes et des alcanols ;


  • La racine d'ortie piquante (Urtica dioica). Elle sert également d'adjuvant dans le traitement symptomatique des troubles de la miction, en cas de grossissement de la prostate. Cette ortie dioïque ou grande ortie contient des lectines, du sitostérol, des polysaccharides, des lignanes et des tanins ;


Messieurs, ne buvez plus un jus de grenade classique, buvez Granaline !

Prenez soin de vous et de votre prostate.




Références scientifiques

1. Roehrborn CG. Benign prostatic hyperplasia: an overview. Rev Urol. 2005;7 Suppl 9(Suppl 9):S3-S14.

2. Leslie SW, Soon-Sutton TL, Sajjad H, et al. Prostate Cancer. [Updated 2020 Oct 28]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-.

3. Nickel JC. Prostatitis. Can Urol Assoc J. 2011;5(5):306-315. doi:10.5489/cuaj.11211

4. Devrim E, Durak I. Is garlic a promising food for benign prostatic hyperplasia and prostate cancer? Mol Nutr Food Res. 2007 Nov;51(11):1319-23. doi: 10.1002/mnfr.200600302. PMID: 17918170.

5. Bravi F, Bosetti C, Dal Maso L, Talamini R, Montella M, Negri E, Ramazzotti V, Franceschi S, La Vecchia C. Food groups and risk of benign prostatic hyperplasia. Urology. 2006 Jan;67(1):73-9. doi: 10.1016/j.urology.2005.07.030. PMID: 16413336.

6. Trudeau K, Rousseau MC, Parent MÉ. Extent of Food Processing and Risk of Prostate Cancer: The PROtEuS Study in Montreal, Canada. Nutrients. 2020;12(3):637. Published 2020 Feb 28. doi:10.3390/nu12030637

7. Hodge AM, English DR, McCredie MR, Severi G, Boyle P, Hopper JL, Giles GG. Foods, nutrients and prostate cancer. Cancer Causes Control. 2004 Feb;15(1):11-20. doi: 10.1023/B:CACO.0000016568.25127.10. PMID: 14970730.

8. Lin PH, Aronson W, Freedland SJ. Nutrition, dietary interventions and prostate cancer: the latest evidence. BMC Med. 2015;13:3. Published 2015 Jan 8. doi:10.1186/s12916-014-0234-y

9. EFSA Register of Questions - Europa EU

10. Kwon Y. Use of saw palmetto (Serenoa repens) extract for benign prostatic hyperplasia. Food Sci Biotechnol. 2019;28(6):1599-1606. Published 2019 Apr 17. doi:10.1007/s10068-019-00605-9

11. EFSA Register of Questions - Europa EU

12. Moradi HR, Erfani Majd N, Esmaeilzadeh S, Fatemi Tabatabaei SR. The histological and histometrical effects of Urtica dioica extract on rat's prostate hyperplasia. Vet Res Forum. 2015;6(1):23-29.

13. Lichius JJ, Muth C. The inhibiting effects of Urtica dioica root extracts on experimentally induced prostatic hyperplasia in the mouse. Planta Med. 1997 Aug;63(4):307-10. doi: 10.1055/s-2006-957688. PMID: 9270373.

14. Ghorbanibirgani A, Khalili A, Zamani L. The efficacy of stinging nettle (urtica dioica) in patients with benign prostatic hyperplasia: a randomized double-blind study in 100 patients. Iran Red Crescent Med J. 2013;15(1):9-10. doi:10.5812/ircmj.2386

15. EFSA Register of Questions - Europa EU

16. Ishani A, MacDonald R, Nelson D, Rutks I, Wilt TJ. Pygeum africanum for the treatment of patients with benign prostatic hyperplasia: a systematic review and quantitative meta-analysis. Am J Med. 2000 Dec 1;109(8):654-64. doi: 10.1016/s0002-9343(00)00604-5. PMID: 11099686.

17. Wilt T, Ishani A, Mac Donald R, Rutks I, Stark G. Pygeum africanum for benign prostatic hyperplasia. Cochrane Database Syst Rev. 2002;1998(1):CD001044. doi:10.1002/14651858.CD001044

18. Breza J, Dzurny O, Borowka A, Hanus T, Petrik R, Blane G, Chadha-Boreham H. Efficacy and acceptability of tadenan (Pygeum africanum extract) in the treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH): a multicentre trial in central Europe. Curr Med Res Opin. 1998;14(3):127-39. doi: 10.1185/03007999809113352. PMID: 9787978.

19. Clinical Cancer Research, 1er juillet 2006



11 vues0 commentaire