• Granaline

La grenade contre le cancer de la prostate ?

Pourra-t-on un jour soigner le cancer de la prostate à coup de grenade (le fruit, hein) ? Saviez-vous que des apports élevés en phosphore augmentent le risque de cancer de la prostate selon une étude de 24 ans, parue dans "The American Journal of Clinical Nutrition" ?


Bouteille de pur jus de grenade Granaline 1L

Une récente étude américaine a testé le jus de grenade chez des hommes souffrant d’un cancer de la prostate. Résultat : l’évolution de la maladie a considérablement ralenti.

Comme vous le savez, l’alimentation joue un rôle majeur sur notre santé et en concerne plusieurs aspects. En plus de renforcer le système immunitaire, le régime sain et équilibré de type méditerranéen, aide aussi à prévenir et à lutter contre plusieurs maladies y compris les cancers. Pour réussir, les experts recommandent d’augmenter son apport en fruits et légumes gorgés d’antioxydants (dont les polyphénols, les Roll's Royce des antioxydants), vitamines et minéraux. Consommer beaucoup de fruits et légumes, riches en antioxydants – et donc en polyphénols – après un cancer du sein diminuerait le risque de rechute. Le Dr Allan Pantuck, chercheur au Jonsson Cancer Center de l’Université de Californie a recruté 46 hommes soignés pour un cancer de la prostate. Il leur a prescrit un verre de pur jus de grenade quotidien et a suivi tous les trois mois l’évolution de leur cancer. Comment ? En mesurant le taux d’antigènes spécifiques de la prostate, les PSA, des marqueurs de la maladie. Quand leur taux double rapidement, c’est un signal d’alerte : le cancer progresse. Au début de l’étude, les patients présentaient un temps de doublement de PSA de 15 mois. Avec le régime « pur jus de grenade », ce délai est passé à 54 mois ! Soit un ralentissement important de l'évolution du cancer. La grenade a réitéré ses exploits en tube à essai : diminution de la prolifération des cellules cancéreuses de 12 % et augmentation de l’apoptose, le « suicide » des cellules, de 17%. Mais qu’est-ce qui confère à la grenade ces propriétés anti-cancer ?

La grenade contient un polyphénol, l’ellagitanine dont les bactéries de la flore intestinale se servent pour fabriquer des molécules appelées urolithines. Ce sont ces urolithines qui expliquent les bienfaits de ce fruit. Mais comment agissent les urolithines, et donc la grenade ? On vous en parlera dans notre prochain article. Dans une autre étude parue dans Prostate cancer and prostatic disease, les chercheurs ont testé un mélange d’aliments riches en polyphénols pour réduire la progression du cancer de la prostate. Un des indicateurs pour suivre l’évolution de ce cancer est le dosage du PSA (Prostate Specific Antigen). Son dosage dans le sang est un élément pour le diagnostic précoce du cancer de la prostate et le suivi de l'évolution de la maladie. 199 hommes atteints d’un cancer de la prostate ont participé. Certains ont eu un placebo et d’autres un complément avec un mélange de pur jus de grenade, thé vert, curcuma et brocoli. Les taux de PSA ont été mesurés entre les deux groupes au début de l’étude puis 3 et 6 mois après. Résultats : entre le début et la fin de l’étude, les taux de PSA ont augmenté en moyenne de 14,7% chez les participants ayant reçu le supplément alimentaire riche en polyphénols et de 78,5 % chez les participants ayant reçu le placebo. Entre le début et la fin de l’étude, 46 % des participants recevant la supplémentation avaient un taux de PSA inférieur ou identique contre 14 % dans le groupe placebo. Phase II Study of Pomegranate Juice for Men with Rising Prostate-Specific Antigen following Surgery or Radiation for Prostate Cancer. Clinical Cancer Research. Comment limiter son risque de cancer de la prostate grâce à l'alimentation ?

Lors du congrès annuel de l’American Urological Association à Orlando, ont été décrites des études récentes sur le lien entre l'alimentation et le cancer de la prostate : d’après ces nouveaux résultats, les fruits, les légumes, les fibres et glucides non raffinés devraient être privilégiés. En plus d’être super riches en protéines, les légumineuses contiennent également des composés végétaux bioactifs appelés phytoœstrogènes. Une étude dont les résultats étaient publiés dans la revue World Journal of Surgical Oncology, a démontré que les hommes qui en consommaient une grande quantité, présentaient 20 % moins de risque de souffrir d’un cancer de la prostate. Notons, qu'une nouvelle étude sur 24 ans montre que des apports élevés en phosphore augmentent le risque de cancer de la prostate. Le phosphore expliquerait en partie l’association entre apports élevés en calcium et risque de cancer de la prostate. En effet, la consommation de produits laitiers a été associée à l’augmentation du risque de cancer de la prostate. Les études suggèrent que le calcium jouerait un rôle prédominant dans cette association. Dans cette nouvelle étude parue dans The American Journal of Clinical Nutrition, les chercheurs montrent que le phosphore est également impliqué de manière indépendante et qu’il existe une association entre phosphore et risque de cancer de la prostate. Selon les auteurs, le rôle du calcium dans le risque du cancer de la prostate ne serait pas indépendant de celui du phosphore.

Pour toutes ces raisons évidentes, et parce que nous collaborons avec des urologues, Granaline produit du pur jus de grenade BIO hautement dosé en Polyphénols de la grenade, non filtré, non à base de concentré et sans sucres ajoutés. Prenez soin de vous.

Références scientifiques : Wilson KM, Shui IM, Mucci LA, Giovannucci E. Calcium and phosphorus intake and prostate cancer risk: a 24-y follow-up study. Am J Clin Nutr. 2015 Jan;101(1):173-83. doi: 10.3945/ajcn.114.088716. Epub 2014 Nov 19. Adriana C Vidal, Christina Williams, Emma H Allott, Lauren E Howard, Delores J Grant, Megan McPhail, Katharine N Sourbeer, Paolo Boffetta, Cathrine Hoyo, Stephen J Freedland. Carbohydrate intake, glycemic index and prostate cancer risk. AUA annual meeting. Communication du 20 mai 2014 10h30. Résumé PD31-11. Prostate Cancer: Epidemiology & Natural History. Medicine (Baltimore) 2015 : « Lycopene and Risk of Prostate Cancer », Ping Chen et coll. Molecular Nutrition & Food Research (2011) : « Differential effects of sulforaphane on histone deacetylases, cell cycle arrest and apoptosis in normal prostate cells versus hyperplastic and cancerous prostate cells », Emily Ho et coll. National Cancer Institute : « Prostate Cancer, Nutrition, and Dietary Supplements (PDQ®)–Health Professional Version ». World Journal of Surgical Oncology (2015) : « Phytoestrogens and risk of prostate cancer: a meta-analysis of observational studies », Jinjing He et coll. Thomas R, Williams M, Sharma H, Chaudry A, Bellamy P. A double-blind, placebo-controlled randomised trial evaluating the effect of a polyphenol-rich whole food supplement on PSA progression in men with prostate cancer-the UK NCRN Pomi-T study. Prostate Cancer Prostatic Dis. 2014 Jun;17(2):180-6. doi: 10.1038/pcan.2014.6. Epub 2014 Mar 11.

28 vues0 commentaire