top of page

La grenade: Bombe d’énergie de couleur pourpre.

Dernière mise à jour : 21 juin 2023

La grenade, un espoir contre le cancer de la prostate


Qu’est ce que la prostate ?


Le jus de grenade est connu pour ses nombreuses propriétés bénéfiques pour le capital vitalité, notamment pour ses effets positifs sur la prostate. Plusieurs études scientifiques ont été menées pour évaluer les effets de la consommation de jus de grenade sur les problèmes liés à la prostate et les résultats sont prometteurs.

La prostate est une glande située sous la vessie. Elle joue un rôle important dans la production de liquide séminal, qui est essentiel pour la fertilité masculine. Cependant, au fil du temps, la prostate peut être affectée par divers problèmes de santé, tels que l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) et le cancer de la prostate.


Qu’est-ce que le cancer de la prostate ?


Saviez-vous que le cancer de la prostate est le 2ème cancer le plus répandu chez l’homme, derrière le cancer du poumon ? Cependant, d’ici une dizaine d’années, la tendance s’inversera [1].

C’est une maladie d’évolution lente d’où l’intérêt de la dépister le plus tôt possible, à partir de 45 ans chez les hommes. Elle résulte de la multiplication incontrôlée des cellules prostatiques. La tumeur peut gagner, en plusieurs années, d’autres parties du corps comme les ganglions proches de la prostate, les os ou le foie [1]. Il n’y a pas forcément de symptômes au début du cancer de la prostate. Ils commencent à apparaître avec l’augmentation de volume de la prostate, et donc la compression de l’urètre. Le cancer de la prostate peut être diagnostiqué par toucher rectal et dosage du PSA après prise de sang. Le PSA est l’antigène spécifique de la prostate mais pas du cancer de la prostate. Son taux permet de donner des indications sur un problème potentiel au niveau de la prostate. En effet, en cas d’agression, le PSA est libéré dans le sang de manière proportionnelle à la gravité de l’agression. Le taux de PSA normal est de 4 ng/mL mais un taux supérieur n'est pas systématiquement synonyme de cancer [2].


Notre gamme de pur jur BIO Granaline
Prendre soin de sa prostate avec le jus de grenade


Comment bien prendre soin de sa prostate ?


Il existe plusieurs facteurs de risque tels que l’âge, l’hérédité, l’environnement ou encore l’alimentation. En effet, des études ont montré que les régimes riches en graisses saturées et la consommation excessive de calcium avaient un effet négatif sur le cancer de la prostate [3]. Néanmoins, l’alimentation peut diminuer le risque d’apparition du cancer de la prostate. La consommation d’antioxydants en est un excellent exemple. En effet, des études ont montré que la consommation de certains antioxydants réduit le risque de développer un cancer de la prostate. Par exemple, dans une étude menée en Finlande, un groupe d’individus recevant de la vitamine E à une dose de 50 mg/jour a connu une forte réduction de l’incidence du cancer de la prostate [4]. Ces études soutiennent l’idée que le rôle des antioxydants est crucial dans l’inflammation chronique de la prostate.

De plus, le jus de grenade est riche en antioxydants et en polyphénols, qui ont été associés à une réduction du risque de cancer et à une amélioration de la santé en général. En particulier, les polyphénols du jus de grenade ont été associés à des effets anti-inflammatoires, anti-tumoraux et antioxydants. Les polyphénols dominants dans la grenade sont des ellagitanins, comme la punicalagine, et des acides phénoliques, comme les acides ellagique et gallique. La punicalagine est considérée comme spécifique de la grenade. On trouve aussi des anthocyanes et de la quercétine.

L’étude la plus spectaculaire a été réalisée par l’équipe d’Allan Pantuck qui, en donnant 240 ml de jus de grenade tous les jours à des patients atteints de cancer de la prostate, a vu un allongement significatif du temps de doublement du taux de PSA de 15 à 54 mois, marqueur du ralentissement de la croissance tumorale et de l’allongement de la durée de la survie. De plus, les patients qui continuaient à prendre du jus de grenade n’ont pas développé de métastases pendant les trente-trois mois qui ont suivi. [5]

Plusieurs équipes ont mis en évidence les mécanismes par lesquels les polyphénols de grenade ont des effets cothérapeutiques dans le cancer. Ils bloqueraient NF kappa B, un chef d’orchestre de l’inflammation, indispensable à la prolifération des cellules [6]. Ils interfèrent avec les récepteurs aux androgènes qui jouent le rôle de promoteurs. Ils s’opposent à IGF1, un second messager de l’hormone de croissance qui est aussi un facteur promoteur. Ils bloquent le fer et le cuivre, des minéraux pro-inflammatoires aux effets prolifératifs.[7]


Homme faisant du yoga
La grenade : un atout pour la prostate

Dans une autre étude, des chercheurs ont utilisé des composés de la grenade, tels que leurs polyphénols ou l’huile de pépins de grenade, pour traiter des cellules tumorales prostatiques humaines. Les composés de la grenade ont permis de réduire la prolifération cellulaire et d’induire l’arrêt du cycle cellulaire au niveau des points de contrôle ainsi que l’apoptose [8]. L’apoptose est un mécanisme de défense de l’organisme, qui permet notamment l’élimination de cellules tumorales.

D’autres études sur des lignées cellulaires prouvent l’effet anticancéreux de certains composés de la grenade, notamment l’acide punicique ou oméga 5 [9].

Une autre étude indique que l’acide ellagique, un polyphénol contenu dans le jus de grenade, est un agent chimiothérapeutique potentiel contre le cancer de la prostate [10]. Pour ce qui est du taux de PSA, une étude in vivo réalisée sur des hommes atteints du cancer de la prostate, ont mis en évidence l’impact de la consommation de jus de grenade sur la diminution significative de ce taux [11].

En outre, une autre étude menée en 2008 a montré que la consommation de jus de grenade a permis de ralentir la progression du cancer de la prostate chez des souris atteintes de la maladie [11]. Cette étude clinique a révélé que la consommation de jus de grenade inhibait significativement la croissance des cellules cancéreuses de la prostate chez des patients atteints de cancer de la prostate en phase initiale. Les chercheurs ont constaté que le jus de grenade réduisait la croissance des cellules cancéreuses de la prostate de 30% à 50%, ce qui suggère que le jus de grenade peut être bénéfique dans la prévention et le traitement du cancer de la prostate.

En conclusion, plusieurs études cliniques suggèrent que la consommation de jus de grenade peut aider à prévenir certaines pathologies liées à la prostate en raison de sa teneur en antioxydants et de ses propriétés anti-inflammatoires. Cependant, il est important de noter que ces études ont été menées sur des échantillons relativement petits et que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Précautions :


Bien que le jus de grenade offre de nombreux bienfaits pour la santé de la prostate, il est important de noter qu'il peut également interagir avec certains médicaments. Si vous prenez des médicaments pour la pression artérielle ou pour la dysfonction érectile, il est important de consulter votre médecin avant de consommer du jus de grenade.


En aucun cas les informations et conseils proposés par Granaline ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de la santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé.


Références :

1 Ahissou D, Houndjo G, Akpovi C, Tchogou P, Segbo J. Intérêt du dosage de l’Antigène Spécifique Prostatique (PSA) dans le dépistage du cancer de la prostate chez les patients reçus à la clinique Dr Pierre BONI d’AKPAKPA; 2022

2 Boissier R. L’antigène spécifique de la prostate ou PSA, Progrès en Urologie, 2011

3 Gann PH, Facteurs de risque du cancer de la prostate, 2002

4 Alpha-Tocopherol, Beta Carotene Cancer Prevention Study Group. The effect of vitamin E and beta carotene on the incidence of lung cancer and other cancers in male smokers. N Engl J Med. 1994 Apr 14;330(15):1029-35. doi: 10.1056/NEJM199404143301501. PMID: 8127329.

5 Allan J Pantuck et al. , Phase II study of pomegranate juice for men with rising prostate-specific antigen following surgery or radiation for prostate cancer, Clinical Trial Clin Cancer Res. 2006

6 Wilkinson JD, Williamson EM. Cannabinoids inhibit human keratinocyte proliferation through a non-CB1/CB2 mechanism and have a potential therapeutic value in the treatment of psoriasis. J Dermatol Sci. 2007 Feb;45(2):87-92. doi: 10.1016/j.jdermsci.2006.10.009. Epub 2006 Dec 6. PMID: 17157480.

7 Galipienzo J, Lablanca MS, Zannin I, Rosado R, Zarza B, Olarra J. Amnesia global transitoria en el contexto de una anestesia general [Transient global amnesia after general anaesthesia]. Rev Esp Anestesiol Reanim. 2012 Jun-Jul;59(6):335-8. Spanish. doi: 10.1016/j.redar.2012.03.015. Epub 2012 May 8. PMID: 22575776 8 Albrecht M, Jiang W, Kumi-Diaka J, Lansky EP, Gommersall LM, Patel A, Mansel RE, Neeman I, Geldof AA, Campbell MJ. Les extraits de grenade suppriment puissamment la prolifération, la croissance des xénogreffes et l’invasion des cellules cancéreuses de la prostate humaine. 2004

9 Jihane Gasmi, Prévention du cancer de la prostate par les composés naturels, 2012

10 Naiki-Ito A, Chewonarin T, Tang M, Pitchakarn P, Kuno T, Ogawa K, Asamoto M, Shirai T, Takahashi S. L’acide ellagique, un composant du jus de fruit de grenade, supprime la cancérogenèse de la prostate androgéno-dépendante par induction de l’apoptose. 2015

11 MB Rettig, D Heber, J An, NP Seeram, JY Rao, H Liu, T Klatte, A Belldegrun, A Moro, SM Henning, et al. Pomegranate extract inhibits androgenindependent prostate cancer growth through a nuclear factor-κβ-dependent mechanism. Mol Cancer Ther. 2008

Mehta, S. R., Yusuf, S., Diaz, R., Zhu, J., Pais, P., Xavier, D., Paolasso, E., Ahmed, R., Xie, C., Kazmi, K., Tai, J., Orlandini, A., Pogue, J., & Liu, L. (2008). Effect of glucose-insulin-potassium infusion on mortality in patients with acute ST-segment elevation myocardial infarction: the CREATE-ECLA randomized controlled trial. JAMA, 299(21), 2389-2395. https://doi.org/10.1001/jama.299.21.2389

Juan Antonio Giménez-Bastida, María Ángeles Ávila-Gálvez, Juan Carlos Espín, Antonio González-Sarrías (2021) Evidence for health properties of pomegranate juices and extracts beyond nutrition: A critical systematic review of human studies

Allan J Pantuck et al. , Phase II study of pomegranate juice for men with rising prostate-specific antigen following surgery or radiation for prostate cancer, Clinical Trial Clin Cancer Res. 2006

Stavridi, EM Karapanagiotou, KN Syrigos Targeted therapeutic approaches for hormone-refractory prostate cancer Cancer Treat Rev, 36 (2010), pp. 122-130

DS Coffey, KJ Pienta New concepts in studying the control of normal and cancer growth of the prostate Prog Clin Biol Res (1987), pp. 1-73

CP Chuu, JM Kokontis, RA Hiipakka, J Fukuchi, HP Lin, CY Lin, C Huo, LC Su Androgens as therapy for androgen receptor-positive castration resistant prostate cancer J Biomed Sci, 18 (2011), p. 63

DP Petrylak Chemotherapy for advanced hormone refractory prostate cancer Urology, 54 (1999), pp. 30-35

AL Harzstark, EJ Small Castrate-resistant prostate cancer: therapeutic strategies Expert Opin Pharmacother, 11 (2010), pp. 937-945

CS Higano, EJ Small, P Schellhammer, U Yasothan, S Gubernick, P Kirkpatrick, PW Kantoff Sipuleucel-T Nat Rev Drug Discov, 9 (2010), pp. 513-514

S Shah, CJ Ryan Abiraterone acetate CYP17 inhibitor oncolytic Drugs Fut, 34 (2009), pp. 873-880

HI Scher, TM Beer, CS Higano, A Anand, M-E Taplin, E Efstathiou, D Rathkopf, J Shelkey, EY Yu, J Alumkal, et al. Antitumour activity of MDV3100 in castration-resistant prostate cancer: a phase 1-2 study Lancet, 375 (2010), pp. 1437-1446

D Schrijvers, P Van Erps, J Cortvriend Castration-refractory prostate cancer: new drugs in the pipeline Adv Ther, 27 (2010), pp. 285-296

FM Yakes, J Chen, J Tan, K Yamaguchi, Y Shi, P Yu, F Qian, F Chu, F Bentzien, B Cancilla, et al. Cabozantinib (XL184), a novel MET and VEGFR2 inhibitor, simultaneously suppresses metastasis, angiogenesis, and tumor growth Mol Cancer Ther, 10 (2011), pp. 2298-2308

DC Smith, MR Smith, EJ Small, C Sweeney, R Kurzrock, MS Gordon, NJ Vogelzang, C Scheffold, MD Ballinger, M Hussain Phase II study of XL184 in a cohort of patients (pts) with castration-resistant prostate cancer (CRPC) and measurable soft tissue disease J Clin Oncol, 29 (suppl 7) (2011) Abstract 127

M Albrecht, W Jiang, J Kumi-Diaka, EP Lansky, LM Gommersall, A Patel, RE Mansel, I Neeman, AA Geldof, MJ Campbell Pomegranate extracts potently suppress proliferation, xenograft growth, and invasion of human prostate cancer cells J Med Food, 7 (2004), pp. 274-283

DN Syed, Y Suh, F Afaq, H Mukhtar Dietary agents for chemoprevention of prostate cancer Cancer Lett, 265 (2008), pp. 167-176

AJ Pantuck, JT Leppert, N Zomorodian, N Seeram, D Seiler, H Liker, H-J Wang, R Elashoff, D Heber, AS Belldegrun Phase II study of pomegranate juice for men with rising PSA following surgery or radiation for prostate cancer J Urol, 173 (2005), pp. 225-226

A Malik, F Afaq, S Sarfaraz, VM Adhami, DN Syed, H Mukhtar Pomegranate fruit juice for chemoprevention and chemotherapy of prostate cancer Proc Natl Acad Sci USA, 102 (2005), pp. 14813-14818

EP Lansky, W Jiang, H Mo, L Bravo, P Froom, W Yu, NM Harris, I Neeman, MJ Campbell Possible synergistic prostate cancer suppression by anatomically discrete pomegranate fractions Invest New Drugs, 23 (2005), pp. 11-20

L Wang, A Alcon, H Yuan, J Ho, QJ Li, M Martins-Green Cellular and molecular mechanisms of pomegranate juice-induced anti-metastatic effect on prostate cancer cells Integr Biol (Camb), 3 (2011), pp. 742-754

ND Kim, R Mehta, W Yu, I Neeman, T Livney, A Amichay, D Poirier, P Nicholls, A Kirby, W Jiang, et al. Chemopreventive and adjuvant therapeutic potential of pomegranate (Punica granatum) for human breast cancer Breast Cancer Res Treat, 71 (2002), pp. 203-217

DN Syed, F Afaq, H Mukhtar Pomegranate derived products for cancer chemoprevention Semin Cancer Biol, 17 (2007), pp. 377-385

VM Adhami, N Khan, H Mukhtar Cancer chemoprevention by pomegranate: laboratory and clinical evidence Nutr Cancer, 61 (2009), pp. 811-815

MI Gil, FA Tomas-Barberan, B Hess-Pierce, DM Holcroft, AA Kader Antioxidant activity of pomegranate juice and its relationship with phenolic composition and processing J Agric Food Chem, 48 (2000), pp. 4581-4589

C El Kar, A Ferchichi, F Attia, J Bouajila Pomegranate (Punica granatum) juices: chemical composition, micronutrient cations, and antioxidant capacity J Food Sci (2011), pp. C795-C800

Q Zhou, B Yan, X Hu, XB Li, J Zhang, J Fang Luteolin inhibits invasion of prostate cancer PC3 cells through E-cadherin Mol Cancer Ther, 8 (2009), pp. 1684-1691

ME Grossmann, NK Mizuno, T Schuster, MP Cleary Punicic acid is an ω-5 fatty acid capable of inhibiting breast cancer proliferation Int J Oncol, 36 (2010), pp. 421-426

J Gasmi, JT Sanderson Growth inhibitory, antiandrogenic, and proapoptotic effects of punicic acid in LNCaP human prostate cancer cells J Agric Food Chem, 58 (2010), pp. 12149-12156

Tostes, R. C., Carneiro, F. S., & Lee, A. J. (2019). Vascular oxidative stress in hypertension: sowing the seeds of vascular damage. Journal of the American Heart Association, 8(14), e012141. https://doi.org/10.1161/JAHA.119.012141w

Sánchez-Villegas, A., Martínez-González, M. A., Estruch, R., Salas-Salvadó, J., Corella, D., Covas, M. I., Arós, F., Romaguera, D., Gómez-Gracia, E., Lapetra, J., Pintó, X., Martínez, J. A., Lamuela-Raventós, R. M., Ros, E., & Gea, A. (2013). Mediterranean dietary pattern and depression: the PREDIMED randomized trial. BMC Medicine, 11(1), 208. https://doi.org/10.1186/1741-7015-11-208

Morris, M. C., Evans, D. A., Tangney, C. C., Bienias, J. L., & Wilson, R. S. (2006). Associations of vegetable and fruit consumption with age-related cognitive change. Neurology, 67(8), 1370-1376. https://doi.org/10.1212/01.wnl.0000240224.38978.d8

Astrup, A., Dyerberg, J., Elwood, P., Hermansen, K., & Hu, F. B. (2011). The role of reducing intakes of saturated fat in the prevention of cardiovascular disease: where does the evidence stand in 2010? The American Journal of Clinical Nutrition, 93(4), 684-688. https://doi.org/10.3945/ajcn.110.004622


Comments


bottom of page